TAUREAU

CAHIER DE CHORÉGRAPHE

TEMPO : quotidien
ESPACE : bureaucratique
FLUX : contre-sens
POIDS : grave
RELATION : à revoir

Petit cahier des charges d’aide à la création.

LA DANSE COMMENCE

100% d’une danse, d’une pièce, d’un spectacle, d’une performance, d’un happening ou d’un show que l’on découpe en deux parties distinctes de 79% pour l’invisible et de 21% pour le visible.

79% qui regroupent :

50% : réseau, relations diverses et variées, saines et non saines, pécuniaires et non pécuniaires

19% : phénomène de mode, influence

6% : appel à projet, financement, budget

2% : diffusion, communication

1,5% : administration, production

0,5% + bonus larmes d’hiver de 6% : incertitude, errance, effroi

Et 20% + 1% symbolique qui regroupent :

10% : scénographie / effets spéciaux

8% : musique

2% : costume

1% symbolique : mouvement

LISTE DES PARAMÈTRES NON MENTIONNÉS CAR PRÉSENCES INFÉRIEURES À 0% :

  • Créativité et intérêt pour votre proposition
  • Plaisir et reconnaissance
  • Politique et avenir serein

EN SAC

TEMPO : pédagogique
ESPACE : rituel
FLUX : métallique
POIDS : altéré
RELATION : artificielle

S’asseoir en tailleur face à un sac à dos. Se ménager dans la posture, elle doit être maintenue tout au long de la danse.

LA DANSE COMMENCE

Comme à l’accoutumée, quelques inspirations-expirations. Comment va mon corps ? Qui suis-je ? Où vais-je ? Et autres blablabla. Glisser sa main dominante sur le sol en direction du sac, paume au ciel. Accompagner par le buste l’aller à l’avant en gardant tête et yeux à l’horizon. Se pauser. Vérifier la version du bassin en lui imposant une succincte anté, favoriser s’adapter en chemin continu plutôt qu’en levé successif des ischions, droit puis gauche ou inversement. Ne pas bloquer ou comprimer la respiration dans la descente, traiter la gravité en un support de deux bras sur la cage thoracique. La tête se range avec le reste et le mouvement reprend. Une corde longe la colonne et s’étend au-delà du tracé de l’enveloppe-peau. On y voit deux équipes, l’une du haut et l’autre du bas tirer dans l’intention de faire dépasser aux adverses la limite-corps. Dans cette activation du geste, il est conseillé d’osciller entre une impression des membres immensément déployés et un condensé pour écraser la matière dans un mouchoir de poche. Les doigts rencontrent à présent la surface de l’objet. À son gout et par des « s’y reprendre en plusieurs fois », passer en dessous et loger en point fixe la main au centre du fond-porteur. Porter le porteur pour le faire léviter de quelques centimètres. S’émouvoir de l’image et reposer. Se rassembler en l’endroit du début et recommencer en remplissant un peu, puis plus, puis fort, puis complètement le sac. Sortir finalement de cet enchainement et se présenter à sa nouvelle musculature. 


ENTRE POTS

TEMPO : coulant
ESPACE : l'intérieur d'un vase
FLUX : répétitif
POIDS : stellaire
RELATION : écoute

Démarrer deux métronomes sur 60 et 80 BPM. Prendre le temps de se déplacer dans l’espace, décider d’un point de départ. Ce point peut être marqué au sol d’une croix.

LA DANSE COMMENCE

Silence, dans l’écoute des métronomes on imagine que le son frappe les parois du vase et crée écho. Battre progressivement le rythme par des contractions de la cuisse droite. Simultanément et dans un temps continu, monter le bras gauche dans la ligne plexus-clavicule, le coude se plie pour laisser la main s’égoutter au dessus de l’épaule. Une sensation de chaleur au niveau du rapprochement doigts-oreille oriente et accapare toute la concentration. Il va s’agir maintenant d’entamer une agitation du poignet comme si l’on voulait par les ongles, vider les mains de tout liquide. Accentuer le geste, ajouter au tapis musical le claquement des os emportés. Le travail de la cuisse prend fin pour investir le corps entier dans l’accélération du va-et-vient. Se renseigner sur la trajectoire des éclaboussures des doigts-geysers et apprécier l’air frais qui évente la joue. La parole se libère pour permettre de garder la danse maitrisée et soutenable. Un long râle surprend et stoppe net toute activité. S’accrocher au continuum des 60 et 80. Prendre le temps d’observer chaque trace des liquides projetés au sol, sur les parois, sur soi et sans doute à l’extérieur. Après une longue inspiration, l’expiration déplace le corps et l’engage dans une récolte de ses pertes. À chaque contact d’un liquide, doser sa texture et lui attribuer un gout avant de l’inviter à remonter. À mesure du remplissage de la peau, sentir le creux du vase se densifier et altérer le ramassage. La danse prend fin lorsque l’interprète se retrouve figé dans cette « densité-ambiance », le souffle est calme comme pour une mise en sommeil. 


À LA CAVE, lue par Constance juste ici

TEMPO : cadencé à pulsation variable
ESPACE : tout type d'espace, il le pose
FLUX : sang qui pulse
POIDS : charnu, enveloppant sans être dense
RELATION : protège la relation

La danse commence allongée, plutôt sur le dos et en appui sur une surface dure. Dans cette danse, Il faudra taper au moins une fois la terre au moment choisi. Se masser l’arrière de la tête avec la pulpe des doigts de la main de votre choix. Porter ou non l’attention sur la cadence de la respiration. Faire confiance au liquide sang qui accueille, englobe et pousse lorsque cela est nécessaire. On imagine sans doute que l’on retire les mauvaises herbes d’un parterre.

LA DANSE COMMENCE

Le taureau replie ses deux jambes simultanément, son bassin tourne et oscille comme si le bas du dos était malaxé par le sol. Les bras se lèvent en direction de l’air et s’ouvrent dans un accueil chaleureux. Les poings se ferment comme pour prendre appui sur la terre et foncer. Ne pas hésiter à répéter plusieurs fois chaque mouvement. Une course s’élance, dans l’idée de battre la terre. Les extrémités sont projetées dans l’espace par la pulsation du sang. Le souffle s’accélère, la voix peut potentiellement sortir. Les pieds restent ancrés au sol, taureau y puise sa force de tronc. Il se déplace dans l’espace. La cheville est très sollicitée et répondante. La peau est disponible, dure et extensible, douce et rêche. Cette danse s’étire jusqu’a un moment infini où taureau décide pour vous du point final. Ensuite tout se dépose, l’espace et le temps sont prêts pour votre journée.