DU TRAVAIL, Bélier

TEMPO : non renseigné

ESPACE : table

FLUX : maché

POIDS : bondissant

RELATION : équidistante

Danse pour trois interprètes autour d’une table. L’ambiance est plutôt studieuse, comme lors d’une réunion. Il s’agira de se concentrer sur les fondamentaux du parlé-travail.

LA DANSE COMMENCE

Une grande inspiration comme avant d’entamer un long monologue. Un regard pour les autres interprètes, la naissance d’un rire en dilatation du coin des lèvres. Le doigt est en contact avec la feuille disposée à l’avant. On attrape la feuille entre deux doigts en formant une pince, les autres doigts se retirent pour former un éventail. Une tension augmente la surface de contact entre les doigts-presse. La ligne des doigts est rompue et ponctuée par la pliure des phalanges. La peau se tend à l’avant et s’accumule à l’arrière. Les yeux accompagnent et soutiennent la feuille dans son agonie du pincement, l’espace entre les sourcils peut se rétrécir. L’autre main, libre d’une quelconque emprise rejoint et complète par symétrie mimétique le tableau macabre à la feuille. Pensez à garder un léger espace entre les deux pointes des doigts moteurs. La position se fige pour un temps dans l’écoute des ongles. Le débat est tellement animé que la main dernière arrivée commence à ressentir une contrariété qui lui rend le moment insoutenable. Elle engage alors, en déchirant le papier au passage, une fuite agitée et revendicatrice. Aller jusqu’à rompre la feuille en deux, en insistant sur l’avant-chute comme un claqué de porte. Donner place à une légère résonance, garder le morceau en moue et donner l’autre à son/sa voisin.e de droite. La danse prend fin lorsque tous les partis sont fachés. Adapter sa sortie de l’espace à l’ambiance.