EN SAC, Taureau

TEMPO : pédagogique

ESPACE : rituel

FLUX : métallique

POIDS : altéré

RELATION : artificielle

S’asseoir en tailleur face à un sac à dos. Se ménager dans la posture, elle doit être maintenue tout au long de la danse.

LA DANSE COMMENCE

Comme à l’accoutumée, quelques inspirations-expirations. Comment va mon corps ? Qui suis-je ? Où vais-je ? Et autres blablabla. Glisser sa main dominante sur le sol en direction du sac, paume au ciel. Accompagner par le buste l’aller à l’avant en gardant tête et yeux à l’horizon. Se pauser. Vérifier la version du bassin en lui imposant une succincte anté, favoriser s’adapter en chemin continu plutôt qu’en levé successif des ischions, droit puis gauche ou inversement. Ne pas bloquer ou comprimer la respiration dans la descente, traiter la gravité en un support de deux bras sur la cage thoracique. La tête se range avec le reste et le mouvement reprend. Une corde longe la colonne et s’étend au-delà du tracé de l’enveloppe-peau. On y voit deux équipes, l’une du haut et l’autre du bas tirer dans l’intention de faire dépasser aux adverses la limite-corps. Dans cette activation du geste, il est conseillé d’osciller entre une impression des membres immensément déployés et un condensé pour écraser la matière dans un mouchoir de poche. Les doigts rencontrent à présent la surface de l’objet. À son gout et par des « s’y reprendre en plusieurs fois », passer en dessous et loger en point fixe la main au centre du fond-porteur. Porter le porteur pour le faire léviter de quelques centimètres. S’émouvoir de l’image et reposer. Se rassembler en l’endroit du début et recommencer en remplissant un peu, puis plus, puis fort, puis complètement le sac. Sortir finalement de cet enchainement et se présenter à sa nouvelle musculature.