SWIPE ÉFFECTUÉ, Scorpion

TEMPO : quotidien

ESPACE : à soi

FLUX : aspiré

POIDS : smartphone

RELATION : gêne

Danse d’introduction au mouvement du « swipe ».

LA DANSE COMMENCE

De l’extérieur de l’espace, entrer en trot. Chaque pied se succèdent en une poussée ou un tapé au sol. Répéter jusqu’à reconnaitre précisément les paramètres de cette légère course et s’autoriser à la réaliser « sans plus y penser ». Dans ce deuxième temps, lever la main droite devant soi, doigts écartés. Double tapoter de l’annulaire – clic-clic, tap-tap, ou autre pam-pam – en considérant la pulpe comme témoin. Une grande inspiration et serrer paumes et doigts en poing. Les cervicales restent mobiles, les yeux se posent curieusement. Accentuer la pression pour ne pas laisser au creux pouvoir de s’étendre, un liquide ou un son peuvent en sortir. Après écrasement total du contenu, glisser par sa tranche l’index le long du pouce. Faire se rencontrer les pulpes et amener les deux dans une extension à l’avant. Les autres doigts, en réponse, se déplient vers le haut et s’agencent en éventail. Maintenir la position et à la prochaine expiration, engager l’épaule dans un cercle sur le plan sagittal. Réitérer si besoin, le geste doit être continu, le tour aisé. Au prochain point le plus haut, ranger le coude dans un toucher avec la cage thoracique, frotter les deux ensemble pour épousseter le point de rencontre. Reposer l’épaule et aller piquer en symétrie la réunion pouce-index en s’assurant de garder à niveau le poignet. De cette opposition, tracer une ligne horizontale vers la droite comme si dans l’entre-pulpes s’était logé un crayon. Aller dans l’extrême du mouvement, généralement jusqu’à le déplacer sur le côté. Un petit craquement à l’intérieur et, ici, le coude saute pour tendre le bras entier, une ligne parallèle au plan de support se dessine. Faire tomber au sol la posture de la main : réunion pouce-index et doigts éventails. Attendre quelques instants, et écouter la résonance du « swipe » effectué. Poursuivre la pratique dans l’espoir coquin d’un « match », alterner le bras et ponctuer de quelques pauses.